Au bord de l’eau.

[ Voyager c’est se retrouver. ]

Eteignons nos téléphones, désintoxiquons nous, surtout reconnectons nous avec nous-même.

Je suis parti en vacances, oui vraiment, en vacances … Pas de wifi, pas beaucoup de réseau. Contre toute attente, l’accro au téléphone que je suis, ne s’est jamais mieux portée !

J’ai profité de chaque détail avec mes yeux et capturer avec mon appareil photo. Non je n’étais pas en train de regarder mon smartphone, le dernier post d’untel ou la dernière nouvelle. Coupée de tout je me suis retrouvée avec mon moi intérieur et extérieur.

J’ai pris conscience du vent dans mes cheveux, des odeurs dans les rues, la sensation des cailloux sous mes pieds, le soleil qui réchauffe la peau.

Pourquoi vouloir tout partager en temps réel ? Qu’avons nous à prouver au monde ? Qu’on a une vie ASSEZ intéressante pour êre postée, que nous aussi on fait des choses cool ? A vouloir tout montrer, on en oublie de vivre, de savourer ; on fait vivre les choses mais nous ne vivons plus réellement.

Oui j’aime photographier les paysages que je vois, les bonnes petites choses que je déguste mais désormais je les posterai quand j’en aurai envie et pas pile au moment où je le fais. Cette intrusion de caméras dans nos vies c’est comme si on vivait une télé-réalité en continue …

DSC_1349

Au bord de l’eau j’ai retrouvé des repères, une vie saine loin des ondes, un sommeil réparateur, des yeux beaucoup moins cernés.

Alors j’ai envie de vous demander : quel est le plus important pour vous ? Vivre ou se montrer ?

Faites le bon choix.

 

DSC_1354

Publicités

Nude.

A quand un retour au naturel ? Dans nos échanges avec les autres ? Dans nos attitudes ? Dans nos sourires ? Dans nos larmes ?

J’ai l’impression parfois de vivre comme une extraterrestre en étant si émotive, si sincètre, trop franche. Je vis chaque petite chose à fond qu’elle soit positive ou négative ; ce qui fait que quand je ris ou pleure c’est toujours du naturel, rien de forcé.

Pourquoi chercher à être quelqu’un d’autre ou de jouer avec les autres ? A quoi tout cela les mène ? Ils se perdront un jour ; les masques finissent toujours par tomber et certains auront bien peur de leur reflet dans le miroir.

DSC_0158

N’ais pas peur.

Je n’ai pas peur de grand chose mais parfois j’ai peur de moi.

Quand mes pensées se mettent à divaguer, que je n’arrive plus à raisonner toutes ces questions qui fusent dans tous les sens. Alors viennent les moments de doutes et de remise en questions.

Ces moments où mon sourire se crispe jusqu’à parfois disparaître, et des larmes qui coulent parce que je me rends compte que j’ai encore tellement

de chemin à accomplir à certains niveaux.

Mais la peur est viscérale et vous pousse à avancer alors je me relève, je remets mon sourire à sa place et j’avance pour être meilleure que celle que j’étais hier. Ce chemin il faut que je le parcours justement alors autant s’y mettre de suite et ne pas rester paralysée.

Il est où le bonheur ?

Le bonheur c’est quand et où tu le décides !

DSC_0120Nous sommes en perpétuelle recherche du bonheur mais nous devrions pas chercher si loin, il se trouve à l’intérieur de nous. Nous n’avons qu’à le laisser s’exprimer, lui laisser une chance de mettre le bout de son nez dehors.

Bien sûr qu’il est plus facile de tirer la tronche mais ce qu’on acquiert sans volonté et sans bataille ne nous satisfait jamais très longtemps.

Quand on souhaite quelque chose du plus profond de son coeur, on fait tout pour y arriver, le bonheur on doit le vouloir comme ça.

Puisez au fond de vous ces étincelles de joie, ces scintillements de bien-être. Explorez vous et vous verrez qu’être heureux ne tient qu’à vous, à votre volonté et que le bonheur se trouve au bout de vos doigts.

DSC_0135

Le tourbillon de la vie

La vie est un manège qui se met en route à votre naissance et qui termine sa destination quand vous aurez fini de respirer.

Prenez le train en marche et essayez de rester dans le wagon malgré les montées, les descentes, les vrilles … Embarquez votre engin sur les routes que vous créez, suivez le chemin dont vous rêvez et non pas celui qu’on vous indique, qu’on vous conseille. Prenez des sentiers battus et faites vos propres expériences.

Choisissez votre allure de croisière, prenez des virages, suivez vos envies et vos besoins.

Vous êtes seul conducteur de votre bolide, vous pouvez prendre de la famille, des amis à bord mais n’oubliez jamais que vous seul décidez de vos choix.

Un manège doit apporter du plaisir, de l’adrénaline, du vertige … Chaque personne a ses propres sensations, alors vivez les, mettez les gaz, appuyez sur le champignon mais freinez aussi quand vous en ressentez le besoin.

Vous avez le droit de descendre de votre voiturette pour vous permettre de faire une pause, de vous retrouvez, mais n’oubliez pas de remettre pied au plancher et de repartir car aucun arrêt ne doit être définitif.

Bonne route, vibrez avec votre circuit, ne faites plus qu’un avec votre volant pour être satisfait en regardant dans le rétroviseur, rassuré en regardant droit devant vous et heureux quand vous regardez à droite et à gauche pour votre moment présent.

 

Montez à bord pour créer le plus beau voyage de votre vie, le vôtre.

20170429_125344.jpg

 

L’herbe est plus verte chez le voisin …

On se compare sans cesse aux autres. Que ce soit pour leurs relations amoureuses, leurs looks, leurs coiffures, leurs voitures, leurs sorties, leurs voyages, leurs téléphones, leurs corps, ou encore leurs personnalités.
Ceci est une liste non exhaustive puisqu’on aspire tous à des choses différentes selon nos envies ou plutôt nos manques et nos jalousies.

Certainement que nous sommes d’éternels insatisfaits. Nous voulons ce que nous n’avons pas et nous nous plaignons de ce que nous avons. On se dit qu’en ayant telle chose ou tel aspect on se sentira mieux ou heureux.

Mais le bonheur n’est ni matériel ni décoration. Vous ne serez pas plus heureux en ayant le smartphone dernière génération, non plus en étant complexé de votre corps puisqu’il ne ressemble pas à celui des magazines.

Il est intérieur et propre à chacun. Pourquoi le chercher à côté de nous quand il est juste à trouver au plus profond de soi ? Vous pourrez plus facilement trouver votre bonheur en étant en acceptation avec vous même, alors demandez vous ce qu’il faudrait faire pour que ça arrive et agissez ! Vous n’allez pas perdre des kilos en restant à observer le corps d’autres, vous n’allez pas voyagez en regardant des photos, vous ne sortirez pas si vous vous renfermez …

Tout peut changer à condition que vous le décidiez, que vous en ayez envie et la motivation.

Vous lorgnez sur toutes ces choses mais croyez vous que si vous les aviez elles vous intéresseraient encore ? Croyez vous que vous vous sentiriez mieux en les possédant ? Je pense que lorsqu’on obtient quelque chose on veut directement passer à la suite. Nous sommes que consommation et achat.

Le bonheur est léger, comme du sucre glace sur un gâteau, de la neige qui tombe doucement, un rayon de soleil qui apparaît … Le bonheur c’est être bien maintenant, à cet instant précis, ici même. Satisfait de qui on est et de ce qu’on a.


Vous souhaitez être heureux ?

Arrêtez de le vouloir et soyez le ! C’est le moment de passer de l’imagination à l’action.

Esprit nuageux

《 Est ce qu’il vous est déjà arrivé d’être allongé, de regarder le ciel et les nuages qui défilent ?
J’ai du le faire des centaines de fois, dans l’herbe, au bord de la fenêtre, sur la plage … Mais c’est allongée sur un lit d’hôpital ,seule avec moi-même, que je me suis mise à observer vraiment.
Ce grand bleu qui semble rester à sa place en toutes circonstances, et les petits points blancs qui avancent sans jamais s’arrêter. J’étais là, les yeux fixés sur cette chantilly qui se laissait porter par le vent. Cette masse douce, moelleuse qui se déplace sans rien demander, sans poser de questions.

Et à ce moment là je me suis demandé, si nous petits êtres humains étions le ciel ou les nuages ?
Je crois que c’est à chacun de nous de choisir. Choisir entre rester figé quand le vent souffle, de s’arrêter alors que le monde continue de tourner ; ou bien d’avancer, porté par le courant en découvrant ce qui nous arrive petit à petit. 》

 

Et vous, quelle est votre décision ? Préférez vous attendre que les choses se passent sans en être le commandant ? Etes vous celui qui bouge pour être maître de son aventure ?